Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 5 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
En route pour le Trieux
07-31-2013, 11:12 PM (Ce message a été modifié le : 08-01-2013 12:46 PM par Garance.)
Message : #1
En route pour le Trieux
A l'invitation des "cousins firstdixhuitistes", Garance est allé découvrir la rivière du Trieux vendredi et samedi derniers ; 65 milles de navigation enchaînant un beau panel de paysages et de conditions climatiques bretonnes...
C'est Yannick et son First 18 Elinoa qui a lancé l'idée, rejoint par Françoise et Patrice sur leur First 18 Odyssée puis par Antoine et son Microchallenger Garance, tous "sociétaires" du ponton H du port de Binic. L'objectif ? Aller dormir à Pontrieux, niché dans les terres sur la rivière Le Trieux - à une petite dizaine de milles de la mer, en passant par l'île de Bréhat.

   
De haut en bas : Rémi et patrice sur <Odyssée ; Françoise et Yannick sur Elinoa et Antoine sur Garance

Rendez-vous est pris vendredi 26 juillet au matin au port de Binic. Yannick, arrivé la veille, à dormi sur son bateau et n'a pas du entendre sonner son réveil... Jusque tard jeudi, chacun s'est employé à préparer son bateau, en veillant notamment à prévoir suffisamment d'essence tant les conditions de vent annoncées sont timides.
Franchissement des portes du port à 10h45, juste avant qu'elles ne referment, pour profiter du courant de jusant qui doit nous aider à partir vers Saint-Quay puis Bréhat. Passé le môle du port, le verdict tombe : pétole ! C'est mal barré !!! On hisse tout ce que l'on peut et commençons tranquillement à tirer des bords dans un très léger souffle de secteur Est pour se dégager de la côte. Déjà, les bateaux commencent à s'observer... mais les conditions ne sont représentatives pour se faire idée des performances du jour.

   
Odyssée et Elinoa bord à bord

Un fois éloigné un peu plus au large, on commence à prendre le vent qui tranquillement s'établit à 2/3. C'est parti pour la remontée vers Saint-Quay, quasi plein Nord puis Nord-Est, avec un soleil généreux et une température suffisante pour quitter les polos. Les bateaux marchent plutôt pas mal dans le petit temps. Le passage devant l'entrée du port de Saint-Quay Portrieux rappelle qu'on est ici entre plateau rocheux et continent : la mer s'y pare une petite houle hachée toute désordonnée qui s'estompe sitôt passé la pointe de Saint-Quay.

   

S'ensuit un long bord sous le soleil jusqu'à l'entrée de la Baie de Paimpol, à peine troublé par quelques échanges de VHF pour s'assurer que tout va bien et que le cap est le bon. Nous naviguons un peu au large, mais pas trop. Sous cette allure - vent de travers, les trois bateaux affichent des vitesses comparables, même si on n'est pas là pour faire la course. Le rivage devient progressivement plus escarpé et plus élevé. Déroulent sous nos yeux des coins de côte aux noms familiers pour les habitués de Binic : Bec de Vir, Port Goret, Pointe de Plouha, La Mauve et juste derrière le fameux mouillage de Gwin Zégal reconnaissable à ses pieux plantés en lisière du rivage (mais qu'on ne voit pas depuis là où on passe). Merci Alain Rondeau et son Pilote Côtier qui permet au néophyte que je suis de suivre le parcours. Avec sa grande pyramide blanche, l'amer de Pors-Moguer est un bon repère...

   

   

   

On approche de Bréhat que l'on distingue déjà depuis un moment dans le balcon avant. On croise devant Bréhec sans s'arrêter. Il ne faudra pas longtemps pour arriver au bout de la carte (Shom 7128L Baie de Saint-Brieuc - Partie Ouest). La carte suivante prend le relais - pas vraiment pour se diriger (jusqu'à maintenant il a suffi de suivre la côte), mais pour identifier et mémoriser le parcours. Toujours sans beaucoup échanger par VHF, notre petite flotte - étalée sous le soleil - atteint l'entrée de l'anse de Paimpol matérialisée par le Grand Mez de Goëlo (sorte d'îlot) et, surtout, le phare de Lost Pic, dans son prolongement. Ici commence vraiment les "cailloux" que nous prendrons soin, pour aujourd'hui, de passer "au large" en contournant la baie de Paimpol. A hauteur de la tourelle des Charpentiers, l'eau frise et bouillonne, créant un peu d'écume malgré le temps plutôt calme. Pour celui qui ne connaît pas le coin, on pourrait presque croire qu'on pique sur un banc de roches affleurantes... Mais pas de souci, nous sommes entrés dans le jardin de Yannick qui a ici usé ses fonds de culotte - ou plutôt l'Edel de son père, à naviguer sur zone. Françoise, Patrice et Antoine suivent avec confiance jusqu'à Bréhat où nous prenons un coffre devant le Trou de Souris (ne cherchez pas, les cartes ne l'indiquent pas ; sachez simplement que c'est à l'Est/Sud-Est de Bréhat, du côté de l'Ile Logodec). 14h30 : Yannick attrape son coffre sous voile et nous le rejoignons à couple, chaque bateau de part et d'autre. Petite pose après plus de trois heures de navigation. Déjà 18 milles parcourus depuis Binic à une allure moyenne proche de 5,5 noeuds à partir du moment où nous avons trouvé le vent ; raisonnable, non ? Françoise et Patrice préparent un café, un vrai ! Car oui, comble du luxe, l'inventaire d'Odyssée compte une cafetière ; bonheur ! Nous devons attendre un peu la renverse pour que la marée - qui descend et nous porte depuis notre départ, se remette à monter pour nous faciliter l'entrée puis la remontée du Trieux avec le flot. Nous repartons vers 16h00, au portant, presque plein Ouest, direction le Trieux. Passage devant la Pointe de l'Arcouest, l'embarcadère des vedettes de Bréhat ; vu le nombre de voitures sur le parking, il doit y avoir du monde à Bréhat. On est mieux sur l'eau ! Arrive véritablement l'embouchure du Trieux que nous abordons vent arrière. Ici la mer entre dans la terre ; c'est l'union de l'Armor et de l'Argoat dont le Golfe du Morbihan n'a pas le monopole. Dans la première partie de "l'estuaire", on aperçoit même des chalutiers au mouillage. Le Trieux est sculpté dans la roche, protégé par un écrin de verdure. C'est magique. Oui, c'est magique. Je ne l'ai pas encore dit mais , ici, tout est beau. Presque émouvant.

   

Un magnifique Muscadet fraîchement repeint nous double sous spi. Le spi aurait pu être une bonne option pour nous mais il aurait fallu le mettre plus tôt. Patrice s'y essaiera... en vain ; dans la rivière encaissée, le vent est parfois capricieux.

   

   

Après moins de deux milles de navigation, nous arrivons à Lézardrieux, port en eau profonde, que nous laissons sur notre tribord pour nous enfoncer plus en amont dans les terres. A partir d'ici, c'est une vraie découverte pour chacun d'entre nous. Le Trieux à marée basse exhibe bientôt ses larges rives vaseuses ; il faut rester dans le chenal qu'il n'est pas compliqué de suivre. La ballade a changé de rythme. Elle devient paresseuse au fil du vent qui tombe et du soleil qui baisse. Tout à notre bonheur, nous nous gavons de belles images et tentons avec vanité de les fixer sur les mémoires de nos appareils photo. La promenade tire en longueur. Ce n'est pas déplaisant. Parfois, un sifflement s'élève de la rive Ouest ; il annonce le passage du train qui relie Paimpol à Pontrieux en longeant la rivière. Sur les hauteurs, les 600 ha de la plus grande forêt littorale de Bretagne Nord nous dominent. Les rares bateaux que nous rencontrons sont des voiliers de couples d'anglais qui, paraît-il, affectionnent particulièrement le coin.

   
La Roche-Jagu dans sa splendeur

Puis surgit au dessus d'un méandre, surplombant la rivière et toisant majestueusement les arrivants, le château de la Roche-Jagu. La grande histoire de ce bout de terre renvoie aux invasions Viking mais aussi, plus récemment, à l'affaire Seznec. Il plane ici comme une ambiance que n'arrivera même pas à briser le ron-ron des moteurs que nous devrons démarrer lorsque le vent nous aura définitivement lâchés.
A un moment la rivière se scinde en deux, ou plutôt accueille un affluent : c'est le Leff dans lequel repose un belle grosse épave de bateau en bois.

   
Le Leff

Arrivés à Pontrieux, au terme de plus de 30 milles de navigation, il nous faudra encore franchir un dernier obstacle : l'écluse qui régule le niveau des eaux et garanti, surtout, la navigabilité pour les navires sabliers qui s'aventurent régulièrement jusque là. Après avoir patienté quelques temps au mouillage, l'écluse s'offre enfin à nous. Puis nous naviguerons encore un bon mille avant de prendre nos places à quai, tous à couple les uns des autres.

   
Pontrieux

   

Nous retrouvons là les parents de Françoise venus en voisins et qui repartent peu de temps après. La nuit s'installe. Odyssée et Elinoa sont prévoyants ; ils savent que les petits matins peuvent ici être humides. Aussi ne manquent-ils pas d'installer au dessus de leur cockpit des auvents anti-humidité (ou anti-chaleur... lorsqu'il y en a). Nous dînons ensemble et nous faisons violence pour ne pas nous coucher trop après minuit. Demain, il faut rentrer...

La nuit à été particulièrement douce et paisible. Comme prévu, Françoise nous quitte et cède sa place son frère, Rémi, qui nous a rejoint ce matin.

   
On repasse l'écluse

Départ à 10h00 pour la descente du Trieux qui se fera entièrement au moteur. La beauté du paysage nous aide à oublier l'affreux ron-ron des deux et quatre temps... Le Trieux a totalement changé de physionomie par rapport à la veille ! La marée est haute (et en plus, nous sommes en fort coeff.). La voie navigable est du coup bien plus large, ce qui nous permet de slalomer entre les bancs d'algues et les quelques troncs qui flottent de-ci de-là.

   

   

   

   

   

On réenroule le film à l'envers... La Roche-Jagu, la confluence du Leffe, Lézardrieux, la sortie du Trieux, la pointe de l'Arcouest en vue...

   
Le pont de Lézardrieux

Tiens, tiens... le courant ne semble pas être dans le sens attendu. Malgré le vent, nous faisons maintenant du sur-place. Puis ce ciel... Gris... Bas... Menaçant. Ce n'est pas tant le vent que cette impression (annoncée) que le temps va être bien différent de la veille. A peine le temps d'enfiler pantalon et veste de ciré - voire bottes - que le ciel nous tombe sur la tête.

   

Eh, ho, faudrait pas nous prendre pour des Vikings en déroute !!! Je ne sais pas ce que nous avons fait au ciel mais le déluge de pluie s'abat sur nous de façon très dense et continue ! ça va durer un moment ; puis les grains succéderont au grains, puis les averses aux averses, les pipis aux pipis jusqu'en fin de journée où le soleil daignera reprendre sa place. Heureusement la pluie n'est pas froide !
Pour l'heure, nous faisons une nouvelle halte d'une petite heure un peu avant la Pointe de l'Arcouest pour déjeuner et attendre que le courant nous soit favorable. Puis nous repartons.

   

Sans rien nous avoir dit, Yannick décide de nous conduire à travers les bancs de roche en empruntant la route de "la terre". Nous rentrons en baie de Paimpol. C'est encore plus beau que ce que j'imaginais, même avec cette météo capricieuse. Nous zigzaguons entre les rochers jusqu'à contourner l'île Saint-Rion dans très peu d'eau.

   
L'Ile Saint-Rion compte une ferme et produit des pommes de terre/

Patrice, qui trace une route un tout petit peu différente de la notre, touchera même le sable avec sa dérive. Le vent est un peu plus fort qu'hier mais ne nécessite pas de prise de ris. Tout au plus un peu plus d'attention et de prudence. Sortis de la baie de Paimpol en vent arrière, nous virons à tribord devant le phare de Lost Pic pour reprendre un long bord de travers direction Binic.

   

   

   

   

Il ne faudra pas attendre longtemps pour voir Yannick sortir son spi (vent de travers, comment fait-il ?) et s'éloigner loin devant nous. Le retour sera tranquille et les maquereaux au rendez-vous.

   

Nous en grillerons 7 le soir venus, sur le ponton H du port de Binic, une fois tous rentrés et après avoir retrouvé Françoise qui nous attendait avec sa fille Eva.
Et comme dans une belle histoire de Gaulois, nous referons le monde jusque tard dans la nuit installés dans le cockpit d'Odyssée et se racontant des histoires... de bateau et de mer... mais pas seulement !
Bref (si je puis dire), un bien belle ballade de 65 milles sur un parcours magnifique, avec des conditions de navigation variées (pas de gros temps, heureusement) et un super esprit de partage et de plaisir à plusieurs dont Françoise, Patrice, Yannick et Rémi ont été les chouettes ambassadeurs. "C'est comme ça chez les Firtdixhuitistes" se risquera Yannick. Qui en aurait douté ?

   

Ah oui, un dernier point, suffisamment agréable pour être souligné ; First 18 ou Micro Challenger, nous avons eu le plaisir de naviguer sensiblement aux mêmes vitesses. Pas d'énorme différences. Il semble clairement que Garance remonte moins bien au près serré mais ait un avantage au portant du fait d'un génois "maousse". Quant à Yannick, il caracole devant ; d'abord c'est le président ; en plus il joue à domicile. Enfin, c'est un sacré capitaine ! Merci à eux et merci à vous d'avoir lu ce récit jusqu'au bout !


.pdf  Retour Baie de Paimpol terre 1.pdf (Taille : 71,87 Ko / Téléchargements : 12)
Le passage à terre 1


.pdf  Retour Baie de Paimpol terre 2.pdf (Taille : 67,51 Ko / Téléchargements : 11)
Le passage à terre 2


Pièce(s) jointe(s) Miniature(s)
   
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08-01-2013, 08:23 AM
Message : #2
RE: En route pour le Trieux
Garance écrivain, il parait quand ton livre?
Bravo pour le récit et la navigation Cool
Veinards aussi
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08-01-2013, 11:36 AM (Ce message a été modifié le : 08-01-2013 01:12 PM par Yannick (Elinoa).)
Message : #3
RE: En route pour le Trieux
Bonjour à tous,

pour mettre en image le récit bien sympathique d'Antoine Cool, je vous invite à visualiser l'album photos (lien ci-dessous) en mode diaporama
je reste en attente des clichés d'Odyssée

https://skydrive.live.com/?cid=d3ffef1d3...pkMSms&v=3

LOL !!! sinon pour le Spi, Elinoa et son capitaine légèrement frustrés depuis le début de saison, se sont fait un p'tit plaisir complémentaire sur le long bord de retour ..............1er envoi de l'année....yessssssssssssss !!!!
   

pour compléter, à l'origine l'initiative revient à Patrice et Françoise (Odyssée) qui souhaitaient pouvoir un jour effectuer cette nav jusqu'à Pontrieux Cool et c'est Elinoa qui a suivi l'idée
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08-01-2013, 12:55 PM (Ce message a été modifié le : 08-01-2013 08:28 PM par Garance.)
Message : #4
RE: En route pour le Trieux
A l'attention de nos amis peu familiers de la Bretagne, quelques cartes pour situer notre balade dans le Trieux (Côtes d'Armor) :

   
Les Côtes d'Armor, c'est en haut à gauche !

   
La Baie de Saint-Brieuc est la 2e plus grande baie de France. Binic est situé à 10 km au Nord-Ouest de Saint-Brieuc (sous le mot "Saint-Brieuc", entre le "i" et le "n" de "saINt", on devine le "sillon" du Trieux).

   
Notre trace à l'aller rapportée par Yannick

PS : Ayant déjà placé beaucoup de visuels dans le post principal, l'informatique du forum ne m'a pas permis d'y revenir pour ajouter ces cartes directement dedans).
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08-01-2013, 01:35 PM
Message : #5
RE: En route pour le Trieux
Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est franchement un super coin. Tongue
Tu as vraiment de la veine d'y être tout proche et de pouvoir en profiter à tout moment !!! Cool

La baie de Paimpol est magnifique mais parsemée de cailloux. Il faut bien connaitre pour ne pas se faire avoir et suivre les alignements.

C'est un coin parfait pour apprendre la navigation, les repères, etc ... Avis aux amateurs Idea

Sur la rivière du Trieux, nous avions été jusqu'à Lézardrieux, port accessible aussi aux grosses unités. Ça passe à l'aise avec un TE de 2m.

Ce sont des coins assez magiques ... Blush

Sur First 27.7S
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
08-02-2013, 07:05 AM (Ce message a été modifié le : 08-02-2013 07:17 AM par Randott.)
Message : #6
RE: En route pour le Trieux
Superbe compte rendu avec tout ce qui va bien :narration,photos,cartes,anecdotes ... on s'y croirait sauf que l'on a une farouche envie d'y Etre !

j'adore CoolCool

Félicitations a tous ceux qui ont permis cette belle virée .

Encore,encore !
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 


Aller à :