18 AoûtSemaine du petit cabotage 2012: circuit des Abers

Intro:

Nous désirions tenter l’expérience de passer une semaine de vacances en micro. D’autres ayant déjà prouvés à maintes reprises que c’était faisable.
Naviguer sur d’autres horizons, oui, mais avec un minimum de confort et surtout de sécurité.
Etant des habitués de la Bretagne que nous connaissons bien, je souhaitais, comme un rêve, y ammener un jour le bateau.
Un membre (ainsi qu’un autre dont je ne retrouve plus l’article) de l’« ancien forum » avait lancé l’idée de « la semaine du petit cabotage » pendant laquelle il avait passé un super moment.

Nous avons donc opté pour cette formule en choisissant la « semaine des Abers et Côtes des légendes » qui correspondait à notre timing vacances.

Pendant cette semaine partagée avec un autre Micro Challenger, nous avons réalisés quelques vidéos et photos que je vais essayer de partager avec vous jour/jour.
L’explication se fera selon ce qui est prévu pour la journée, météo, parcours réalisé et impressions, activités.

Vous pouvez suivre tous les points expliqués sur la carte du Shom mis à disposition par Geogarage:

http://www.voilesetvoiliers.com/page-vierge/geogarage/

Une capture d’écran de la zone avec le trajet en rouge vous est également mis à disposition.

Bonne lecture.

———————————————————————————————————————–

 

Dimanche 29 juillet: Arrivée sur le parking de Saint Pabu:
Après avoir coupé le voyage depuis la Belgique en faisant étape à Saint-Brieuc, nous sommes arrivés vers midi au point de rendez-vous, le parking du Stella’ch à « Saint Pabu ».

Aber Benoit depuis Saint Pabu:

Port de Saint Pabu:

Les organisateurs nous avaient donnés rendez-vous pour 15h pour la mise à l’eau des bateaux mais l’ensemble des participants étaient déjà là !
Florian (Flotant) et Jean-Yves, ayant reconnus le Micro Challenger sont arrivés de suite à notre rencontre pour nous saluer.
Après une préparation rapide, mâtage, mise en place du moteur, nous sommes partis manger. Attention, le dimanche même en saison, il n’y a pas beaucoup de restos d’ouverts !!!
A notre retour, les organisateurs étaient là et la mer à l’étale.  Nous allons pouvoir mettre à l’eau.
Le tabasco passa premier suivi de notre Micro qui allait gôuter pour la première fois de sa vie à de l’eau salée. La mise à l’eau malgré une pente très faible s’est passée sans emcombres.
Toutefois, le moteur noyé par mes essais, le capitaine de port nous a gentiment amené à notre coffre avec son semi rigide.
Nous sommes revenus avec lui afin de suivre et aider les autres à la mise à l’eau. Il y avait des gros …

Vue de la cale du bateau à son corps mort:

Les « gros » se mettent à l’eau:

 

Après ces manoeuvres obligatoires, nous nous sommes dirigés vers le club de voile de l’Abers Benoit.
Une présentation de la semaine du petit cabotage, de la région et la récupération de nos carnets de route comme nos pavillons ont précédés l’apéro. Il fût suivi d’un repas organisé par la région.

Agenda de la semaine remis aux caboteurs:

L’équipe de la semaine du petit cabotage 2012 sur le circuit des Abers:

La présentation des équipages et de leurs bateaux s’est effectuée dans la bonne humeur entre le plat froid et le dessert qui suivaient.
Après s’être bien rassasié, nous avons rejoins notre lieu de vie pour 6 jours pour une nuit très paisible, sans vent, sans vagues, au calme, rêvant déjà au lendemain et à nos aventures …

Lundi 30 juillet: Départ de Saint-Pabu pour Plougerneau

Départ de bonne heure. On hisse la GV et on part au moteur.

Nous voilà partis:

 

Le « chien » (voir carte), on sort de l’Aber, en route pour l’aventure:

Notre sécu pour la semaine (il nous aidera bien, voir plus loin):

Pour la nav’, on est sorti au milieu du chenal, on a passé le chien et suivi les bouées de chenal jusqu’à la cardinale Ouest nommée la petite fourche.

Petite fourche en vue:

Un Challenger devant ? 

Les « gros » à la peine:   Premiers bords avec le Kouign Amann, on tient la distance:  Hé Thierry, fait gaffe, il y a des cailloux par là:

On s’est ensuite dirigé vers Libenter pour prendre le chenal « Grand Chenal » en suivant l’alignement du feu de l’ïle Wrach et celui de Lanvaon (pas facile à voir car assez loin).
Arrivé à « Petit pot de beurre », on est remonté au Nord en prenant le Chenal de la Malouine.
Avant la 3ème babord, on est parti vers le sud de Stagadon en faisant très attention à tous les rochers se trouvant sur babord.
On a contourné Stagadon par le Sud pour ensuite remonter et aller chercher la plage de sable qui sera recouverte à PM.

Carte de la nav prévue reprise sur Geogarage:

Après une petite visite de l’île et de sa plage de sable fin recouverte à pleine mer, nous avons pris le casse croûte en compagnie de nos amis en Micro Challenger. Ces fous de Bordeaux, venant en Bretagne, avaient amenés des verres à pied. Nous avons donc pu gôuter face à ce magnifique paysage d’où l’on pouvait apercevoir le phare de l’île Vierge, de manière très « raffinée » en leur compagnie…

Jolie couleur d’eau, non ?

Premier beach pour Cha’ Par d’Heure, il y en a une qui est fière et contente 😉

Un apéro ?

C’est haut !

L’île Vierge et son phare. On ira le visiter demain.

Gros, oui mais peu de tirant d’eau !

Déjeuner en famille !

Bon elle monte cette eau ?

On a hâte d’y retourner …

Après une petite sieste et attendant que la marée monte un peu pour nous dégager, le plan de route était de ressortir par la passe empreintée pour récupérer le chenal de la Malouine.
Nous avons donc contourné la babord « karreg Bazil » et remonté très au nord en passant entre la pendante et la Malouine. Le plan était de monter très haut pour redescendre à +/- à 120° et empreinter la basse de Porz Malo situé entre l’île Vierge et l’île Valan.
Une fois cette difficulté passée (ce chenal est très impressionnant), il fallait rejoindre l’anse de Lilia, située en face des cales situées face à nous pour y jeter l’ancre là où on trouvait place.

Carte de la nav prévue reprise sur Geogarage:

Contournement de Stagadon et reprise du chenal:

Ile vierge en vue:  Micro Cha en vue:

Afin de rejoindre le rivage, nous avons gonflé l’annexe pour prendre l’apéro.
La soirée était libre. Des douches étaient à notre disposition au centre sportif du village.

Suite à la proposition de nos amis Challengistes, nous avons passé la soirée à bord de « Delphin ».
Florian a ammennagé son Micro tout confort. Des étagères pour stocker les verres à pieds et divers rangement pour les victuailles (diverses et en masse).
Ses matelas en bultex (très confortables) ont donc été arrosés au vin rouge (encore désolé).

Après ces péripéties et nombreux échanges, nous sommes rentrés à notre bateau, à pied cette fois car la mer avait bien baissée.

Au dodo pour les Micros:

   

Nous en avons profités pour recentrer notre mouillage afin d’éviter les collisions en pleine nuit.

Etant donné que c’était pour moi la première fois que je dormais au mouillage forain, la nuit fût très agitée par manque de confiance dans mon ancre Britanny.
Valhalla m’avait pourtant bien dit qu’il n’y aurait aucun problème (voir son post), il m’aura quand-même fallu une première pour m’en convaincre totalement. Il avait donc bien raison, malgré mes craintes et un vent bien présent, rien n’a bougé de toute la nuit …

Mardi 31 juillet: Départ de Plougerneau pour Guisseny
Au matin, après une nuit agîtée, on a déplacé les bateaux vers 08h00 pour se rapprocher de la cale de l’île Vierge et se remettre en mouillage forain d’attente.

Dur le matin:

Allez, on va pouvoir partir visiter:

Nous sommes partis visiter le phare vers 11h.
Le phare, dans sa version actuelle de 82m, a été terminé début 1900 et se trouve être le plus haut phare d’Europe. Pour atteindre le balcon, il faut escalader les 365 marches. Les sportifs effectueront la montée d’une traite en moins de 5 minutes. Le record est à environ 1,5 minute et effectué par un local.
L’exercice en vaut la peine puisqu’une fois en haut, la vue est dégagée sur plusieurs milles.
On peut s’amuser à repérer les endroits par lesquelles nous sommes passés en bateau et réaliser que l’on fait vraiment du rase cailloux.

Tout petit, il est pourtant là notre bateau:

Ha là ,ce coup-ci, on le voit de près:

Il est toujours là:

Vue d’en bas. Les murs sont couverts d’opaline:

On monte:

Jolie vue, on est là-bas ?

Dûr ?

Le chenal par lequel on va ressortir, ouch il y a beaucoup de cailloux !

Le mécanisme du phare , c’est pas bien gros comme moteur !

Plateau tournant recevant la lentille de Fresnel posé sur bain d’huile:

Et après être monté …

Après la visite, nous sommes retournés à nos bateaux pour un déjeuner rapide avant de reprendre la basse de Porz Malo dans l’autre sens.
Le plan initial était de passer au nord du plateau Lizenn Wenn mais les organisateurs ont jugés qu’il serait plus confortable avec les conditions de mer de passer par le sud.

Nous avons donc contourné l’île Vierge pour viser la babord située en face de Saint-Michel nommée Barr-Ar-Skoaz. Arrivé à ce point, nous sommes remonté plein nord en suivant les bouées de Chenal. Attention aux courants traversiers qui obligent à bien contrer à la barre pour éviter les cailloux !

Une fois arrivés sur la babord au nord, nous avons piqué vers notre point de chute du port de Tressény.
A cet endroit, un semi rigide de la SNSM nous a montré la voie à suivre pour rentrer dans une petite anse.
Sans eux, et sans les organisateurs de la semaine du petit cabotage, nous n’aurions jamais pensé pouvoir rentrer en bateau dans cette zone. En effet, un petit passage étroit d’une dizaine de mètre accessible en longeant les rochers permet d’atterir dans une anse calme et paisible.

Carte de la nav prévue reprise sur Geogarage:

Vue du passage très étroi (on le devine entre les rochers par rapport à notre point d’atterrissage):

 

Nous avons « beaché » le Cha’ Par d’Heure à côté de Delphin sur une plage.
Des douches et des sanitaires en super état nous attendaient au point plage.
C’est à cet endroit que nous avons pu déguster un repas en commun avec au menu une entrée froide, un plat de viande grillée bien chaude et un dessert.
Rentrés au bateau, nous avons passé une nuit des plus paisibles et réparatrice gentiment posé sur le sable, bien à plat.

On quitte l’île Vierge (en arrière plan), direction l’Etang du Curnic à 15 miles:

Attention, on vous rattrape !

Si si, on vous rattrape 😉

Bien posé les bateaux bougeront pas de si tôt, BMS en vue:

Une petite sieste ?

En attente de la marée basse …

La réserve d’eau de 20l ayant cédé, il faut bien secher …

Bien posé:

Tous à l’échouage:

Bon appétit !

Mercedi 01 août: Départ de Guisseny pour Saint Michel
Les conditions de mer n’étant pas favorables, il est décidé de retarder le départ avec une éventuelle modification du programme.
Nous en profitons pour nous promener aux alentours et visiter la zone des étangs du Curnic. Des explications sur le parcours nous apprend que c’est un marais d’eau saumâtre propice à l’accueil d’oiseaux de passage rares.
En début d’après-midi, il est décidé d’annuler l’étape finale de Portsall et de partir au moteur sur Saint-Michel (petite commune au nord de Plougerneau).
Nous attendons donc que la marée monte dans notre petite anse pour partir. Les plus grosses unités se prennent de plein fouet les vagues qui passent au dessus de l’ancienne digue. Certains y perdent leurs mouillages, d’autres plient leurs béquilles. Nous, nous sommes bien à l’abri, toujours posé sur la plage.

Ca monte:

Tu pousses ?

 

 Moi j’attends:

Ca y va:

Après s’être dégagé, on part au moteur direction la petite passe pour sortir de l’anse. Le moteur de Cha Par d’Heure cale au mauvais moment mais le semi rigide de la sécu n’est pas loin et nous remorque avant d’être dans une mauvaise situation. Nous serons pris en charge par le Mac Gregor et son puissant moteur de 50CV jusqu’à Saint-Michel. (Merci Georges). A l’arrivée, nous avons eu droit à un coffre à proximité de la plage.
Il y aura eu beaucoup de casse pour cette sortie un peu difficile. On comptera 2 moteurs calés (dont le nôtre), 1 moteur en surchauffe (algues dans le circuit de refroidissement), une béquille pliée, 2 mouillages cassés et perdus, un talonnage sur un récif et un voie d’eau au niveau du safran après avoir touché un haut fond (le Sun Odyssey 24.2 devra d’ailleurs arrêter son périple à Saint-Michel)

Carte de la nav (attention au moteur) prévue reprise sur Geogarage:


Nous aurions dû arriver à Paluden au fond de l’Aber Wrach’ mais comme expliqué, les conditions méteo nous ont arrêtés à Saint-Michel. L’organisation fantastique de la semaine du petit cabotage a loué des mini bus pour nous convoyer jusqu’à la destination prévue. Nous sommes nous montés avec Monsieur le Maire de Plougerneau qui avait mis à disposition sa voiture personnelle.
Arrivé au port de Paluden (que nous rejoindrons le lendemain), nous avons eu droit au fameux Kig ha farz, spécialité de la région. C’est un plat type pot au feu avec du jarret de porc et du boeuf, accompagné de légumes et d’une farine de blé noir. Une sauce au beurre salé vient s’ajouter à ce plat. Délicieux.

Plat de fête de la hangard ce soir:

L’accueil chaleureux des membres de l’accociation des plaisanciers de Paluden fût couronné par un petit air de biniou, cousin de la cornemuse, effectué par le président en chef !
Rentré au bateau, le Sun Odyssey se faisait grûter. Après quelques échanges d’encouragement, nous sommes rentrés à pied au bateau et sommes tombés endormis.

Jeudi 02 août: Départ de Saint Michel pour Paluden

Départ en matinée pour une navigation qui s’annonce musclée. Nous allons mettre 1 ris dans la GV et mettre le foc. Notre empressement fait que je ne passe pas le second ris avant de démarrer. Je le regretterai plus tard. Dans l’entrée de Saint-Michel, chacun tire des bords en attendant que tout le monde soit prêt pour essayer de partir bien en flotille. Ca bastonne pas mal, et on n’est pas encore sorti. Delphin a mis sa GV haute et le génois enroulé. On passe les babords en sortie de Saint-Michel pour filer plein ouest chercher la babord au nord de l’île Vierge. Ca trâce !

Il n’y aura pas beaucoup de photos de cette sortie. Trop musclé et risqué pour sortir l’appareil. Bien quelques videos vers la fin …

Carte de la nav prévue reprise sur Geogarage:

 

Le but est de partir bien au large pour éviter le clapot et redescendre vers l’aber Benoit pour contourner la cardinale Ouest « Libenter » et reprendre le grand chenal qui nous ammène sur l’aber Wrach’, les autres étant plus difficilement praticables en cas de forte mer.
La traversée fût agitée, le bateau était trop toilé. Olivia était à la barre et je devais sans cesse choquer en grand pour pallier à une trop forte gîte. C’est pendant cette sortie que nous avons battu des records: 10,6 Noeuds en surf et 36° de gîte enregistrés.
Au nord de Libenter, nous avons viré pour nous rapprocher de la côte. On était toujours au près et il a fallu s’adapter à avoir les vagues venant perpendiculairement au bateau, ce qui est plus impressionnant que de les prendre de face. Mais le micro, c’est une bête. Il n’a pas lâché et ne m’a jamais fait peur. Il passe formidablement les vagues tant que l’on a un peu de puissance. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir de quoi il était capable dans ces conditions de vent et de mer. Il y avait tout de même un bon 6 beauforts avec des rafales à près de 30 noeuds. Cela reste un bateau sportif qu’il faut maîtriser en gérant bien l’assiette. Dans ces conditions, on remarque rapidement qu’il manque quelques appuis pour garder l’équilibre. Situé contre le roof, sur le haut de l’hiloire, j’assurais un rappel efficace à mon équipière. J’étais bien positionné et bien calé au niveau des fesses et des bras. Il manquait toutefois un appui un niveau des pieds pour être bien câlé  lorsque cela gîtait trop fort. Ce sera un point d’amélioration pour cet hiver. Olivia aussi assise sur le banc avait son bras enroulé outour de la filière pour ne pas glisser. L’ajout de balcons arrières avec une sangle trouve ici tout son sens.
Après avoir passé libenter, nous nous sommes retrouvés au portant avec les vagues dans le cul. Nous sommes partis en surf à maintes reprises poussé par le vent et les vagues mais vent arrière nous avons pu souffler un peu.

Après avoir passé « petit pot de beurre » et rentré dans le chenal de l’Aber Wrach’, le vent caché par les reliefs s’est calmé … un peu. Nous avons affalé la GV au niveau du port de l’Aber Wrach’ pour continuer dans l’Aber au foc seul. Minne de rien ça avance même comme cela. Aidé par le courant on file bon train direction Paluden. Tout se calme, pas un bruit… Cette entrée est vraiment magique, un moment d’un peu de solitude, du pur bonheur. On a croisé tout de même un micro rouge qui avait perdu son mât … On se disait aussi qu’on ne les voyait plus ceux là 😉

Carte de la nav prévue reprise sur Geogarage:


Nous nous sommes mis sur un coffre à couple à trois avec Delphin et le tabasco. Les autres ont fait de même en fonction des longueurs et taille de bateaux.

Un casse croute bien mérité:

Bon appétit:

Nous avons une nouvelle fois mangé dans la maison des plaisanciers de Paluden mais cette fois chaque bateau ramenait ce qui lui restait comme vivres à partager. Nous avons conclus le repas par un dessert dans la crêperie du coin qui a vu d’un coup sa clientèle multipliée par 10.
Après un retour grâce à l’annexe motorisée honda de Dominique, chacun est rentré dans sa bannette rêvant aux exploits de la journée et aux conditions identiques du lendemain.

Vendredi 03 août: Départ de Paluden pour un retour sur Saint-Pabu

Un bonne nuit de sommeil pour cette dernière sortie en Finistère Nord pour Cha’ Par d’Heure. Les conditions se confirment, on aura autant de vent et pas mal de houle.
Cette fois-ci, je prépare le deuxième ris et étarque la GV avec celui-ci passé. Ma GV était équipée que d’un ris à l’achat, ne voyant pas sa nécessité. J’ai finalement bien fais d’aller chez mon maitre voilier placer le 2ème ris avant de partir.
On est sorti en partie au moteur de l’Aber pour rejoindre le départ du port de l’Aber Wrach’ et éviter de tirer des bords dans cet étroit chenal. Moteur arrêté, on file déjà. Ca va être encore costaud mais maintenant on est paré. On a mis les équipements également. Salopette, ciré, casquette et bottes se sont avérées nécessaires.
On passe les différentes bouées de chenal. L’école de voile de l’UCPA naviguant autour de nous en HC s’éclate. Il y a du vent, il y aura d’ailleurs plusieurs déssalages.
Lorsque l’on arrive sur petit pot de beurre, nous sommes à nouveau seul avec les autres caboteurs.
On va tirer un long bord de près jusqu’à Libenter. Avec le deuxième ris c’est vraiment un régal. Le bateau est bien mieux équilibré. Je règle finement la GV du bout des doigts, contrairement à la veille où je devais choquer en grand. Là Olivia et moi on s’est vraiment éclatés. Les vagues sont moins hachées. on apprendra qu’il y avait 3 à 4m de vague et ça se comprend. On voit le tabasco, on le voit plus, on voit le tabasco, on le voit plus …. J’aurais bien voulu recevoir une video filmant notre bateau dans ces conditions. Son passage dans les vagues grâce à son équilibre et sa puissance était des plus rassurants. Sportivement, je me suis régalé sur ce bord, c’est mon meilleur moment. Arrivé à Libenter, on est repassé tout doucement au portant pour redescendre vers petite fourche et récupérer le chenal de l’Aber Benoit pour repasser devant la jument, le chien, etc …

Ca pulse ici et c’est pourtant super contrôlé !

 On mène la marche !

On laisse loin derrière « petite fourche », on est bientôt rentré, snif …

Carte de la nav prévue reprise sur Geogarage:


Nous sommes arrivés à basse mer à Saint-Pabu, ce qui nous empêchait de remonter directement les bateaux. Nous avons partagé un dernier repas avec l’équipage de Delphin en se mettant à couple.

Dernier repas avec nos camarades Pierre-Yves et Florian:

 

Une fois l’eau à la bonne hauteur, le balais des bateaux a repris pour les extraire de leur élément.
Après un dernier apéro ensemble, un débriefing/échange d’impressions avec les organisateurs, le maire et les autres caboteurs, nous avons préparés le bateau pour passer la nuit sur le parking.

Sur le départ:

Dernière nuit sur le bateau et direction la Belgique (en passant par le Morbihan tout de même … 😉 )


Nous sommes partis prendre un dernier repas avec André (Kouign Amann) et Dominique (First 25.7) à portsall.
Nous avons quitté Dominique qui rejoignait son bateau au mouillage. En effet il repartait le lendemain pour rejoindre Brest pour la semaine suivante de cabotage.
Nous avons passé une bonne dernière nuit de sommeil mais sur le parking avant de reprendre la route le lendemain avec Cha’ Par D’Heure pour de nouvelles aventures …

Laisser un commentaire